Fiscalité : Le droit à l’erreur est acquis05/02/2018  



Avec une large majorité, l'Assemblée nationale a adopté mardi en première lecture le projet de loi "pour un Etat au service d'une société de confiance". Dans divers domaines, le texte limite les sanctions à l'encontre des administrés (particulier ou entreprise) de bonne foi en cas d'erreur détectée dans une déclaration ou lors d'un contrôle.


 Autres articles sur le même sujet :
Quand l’erreur n’est plus une fraude fiscale !

Le ministre de l'action et des comptes publics a présenté un projet de loi "pour un Etat au service d'une société de confiance" qui prévoit notamment un droit à l'erreur pour les contribuables de bonne foi.

Changement de conditions fiscales pour les Sofica

Les députés ont adopté en commission des finances un amendement au projet de loi de finances pour 2017 qui augmente le taux majoré de la réduction d'impôt sur le revenu en faveur des SOFICA à 48 %, contre 36 % actuellement.

Impôts, une erreur est-elle une faute ?

On peut toujours régulariser ses impôts quand on est de bonne foi.

18 % des Français pensent à frauder en remplissant lors déclarations

Quand il s'agit de remplir leur déclaration, 30% des Français attendent toujours les derniers jours avant la date butoir et 39% pensent faire des erreurs, selon une enquête réalisée par Opinionway et Ooreka.

Entreprise : la bonne foi devient la norme

Une réforme permettra aux entreprises et particuliers de bonne foi de ne pas être sanctionné lors d'un premier contrôle administratif.

Taxe sur les revenus tirés de l’économie collaborative

Dans le cadre de l'examen du projet de loi de finances pour 2016, les sénateurs ont adopté samedi, à une large majorité, un amendement instaurant une franchise de 5 000 € sur les revenus tirés par les particuliers de leurs activités sur des plateformes collaboratives.