Peut-on réviser une prestation compensatoire ?15/10/2018  



C’est en refusant de supprimer ou de modifier la prestation compensatoire qu’un homme versé à son épouse que la Cour de Cassation a rappelé les grands principes. Après le divorce, la prestation compensatoire qui a été fixée au moment du jugement ne peut qu’exceptionnellement être révisée. Et ce changement est apprécié souverainement par les juges du fond (première instance, cours d’appel), en fonction des éléments qui leur sont transmis.
Lorsque la prestation a pris la forme d’une rente viagère, elle ne peut être modifiée qu’en cas de changement important dans les ressources ou les besoins de l'une ou l'autre des parties (article 276-3 du Code civil).

Dans le cas de notre homme, la cour de cassation a confirmé le jugement de la cour d’appel d’Aix-en-Provence qui, après avoir examiné l’évolution de la situation financière des deux ex-époux, a souverainement constaté l’absence de changement important depuis le jugement : la situation familiale de l’ex-mari n’a pas évolué depuis cette date et sa mise à la retraite avait été prise en compte lors de la fixation de la prestation compensatoire.

 

 


 Autres articles sur le même sujet :
90% des prestations compensatoires sous forme de capital

En 2013, neuf prestations compensatoires sur dix ont été fixées sous forme de capital, sachant qu'une prestation compensatoire est prévue dans un divorce sur cinq seulement.

Le calcul d’une prestation compensatoire en question

L'indemnisation au titre du terrorisme ne doit pas être prise en compte pour le calcul d’une prestation compensatoire.

Pension alimentaire, le juge reste maître

Une réponse ministérielle rappelle que la table de référence du ministère de la justice, qui peut être utilisée par le juge pour fixer une pension alimentaire en cas de séparation ou de divorce, n'a qu'une valeur indicative et ne s'impose pas au magistrat.

90 % des prestations compensatoires sont sous forme de capital

Selon une étude du ministère de la justice qui porte sur l'année 2013, neuf prestations compensatoires sur dix prennent la forme d’un capital dont le montant médian est de 25 000 €, et dans un cas sur dix, le montant attribué est supérieur à 100 000 €.

Prestation compensatoire : Comment alléger la fiscalité ?

Une proposition de loi prévoit d’alléger la fiscalité de la prestation compensatoire.

Nom et prénom de l'enfant : ce que l'on peut faire ou pas !

La faculté de choix ouverte aux parents pour le nom de famille de leur enfant ne peut être exercée qu'une seule fois, rappelle la Cour de cassation. Par ailleurs, les modalités pour changer de prénom sont plus simples.